Agriculture Frankenstein aux E-U : au tour des tomates

Opinion du citadin

Tomates

Tomates. Source image.

Après les épinards contaminés au E. Coli et les chilis botuliques, voilà que nos voisins américains goûtent aux tomates à la salmonelle. En effet, des tomates contaminées provoquent des maux de ventre chez ceux qui les consomment. Ici au Québec, les grandes chaînes de restauration rapide, qui ne se fournissent qu’aux États-Unis alors que nos champs regorgent de tomates, en sont réduites à retirer les tomates de leurs sandwichs par mesure de précaution. C’est la Food and Drug Administration (FDA) et les Centers for Disease Contrôle and Prevention (CDC) qui ont sonné l’alerte. De plus, ne sachant pas trop d’où provient la contamination, il est conseillé d’éviter de consommer certaines espèces de tomates crues.

D’ici à ce que la source de contamination soit trouvée, si tant est qu’elle le soit un jour, la FDA a demandé aux Américains de ne consommer que les variétés de tomate exemptes de contamination : tomates en grappe, tomates cerise, tomates attachées à une vigne ou celles cultivées à la maison. Pour le reste, pas touche! La bactérie salmonelle de la sous-espèce Saint-Paul, assez rare paraît-il selon un article paru dans Le Soleil, provoque des nausées, vomissements, crampes, diarrhée et fièvre. Aux États-Unis, depuis la mi-avril, 145 infections après ingestion de tomates sont confirmées par la FDA. 23 de ces malades furent hospitalisés. On suppose un décès relié à cette contamination au Texas.

La contamination s’est faite dans seize États. Pour vous donner une idée de l’étendue du problème, en 2007 seulement trois cas de salmonelle Saint-Paul furent déclarés au pays de l’Oncle Sam. Aucune tomate produite au Québec ou au Canada n’est touchée par l’avertissement de la FDA. Bien au contraire. Nous pouvons en consommer. Alors pourquoi les grandes chaines de restauration rapide ne servent-elles plus de tomates dans leurs sandwichs et burgers? Le journaliste du Soleil rapportait hier qu’aucune sandwicherie de Québec ne serait une seule tranche de tomate. Deux hypothèses pour expliquer cela, une bonne et une mauvaise :

  1. La bonne consiste à un excès de prudence. C’est un peu puéril d’étendre de son propre chef l’interdiction de consommer des tomates américaines aux tomates canadiennes. Mais bon, ne sait-on jamais, si vous êtes du genre parano, vous voilà rassuré.
  2. La mauvaise, et malheureusement la plus plausible, c’est que les grandes chaînes s’approvisionnent en tout ou en partie en tomates des États-Unis alors que nos champs et nos serres regorgent de bonnes tomates. Leur approvisionnement étant coupé, plutôt que de se tourner vers des fournisseurs locaux, les grandes chaînes préfèrent nous priver de tomates.

Peu importe la raison invoquée, c’est déplorable pour notre agriculture. Juste pour ça, cela vaudrait la peine de boycotter toutes ces chaînes de restauration rapide. Faites vos sandwiches et burgers vous-même!

Pour éviter tout cas possible de salmonelle, bien laver tomates, fruits et légumes. La dernière grande contamination à la salmonelle par des tomates remonte à 2004 où 18 États américains et l’Ontario avaient été touchés. 561 cas de contamination rapportés à l’époque.

De plus en plus, l’agriculture de nos voisins du Sud ressemble à de l’agriculture Frankenstein. Préservons la spécificité de notre agriculture et consommons des produits locaux qui sont gage de qualité.

Lire aussi les épinards contaminés au E.Coli : http://www.la-vie-rurale.ca/contenu/8528 et http://www.la-vie-rurale.ca/contenu/8580.

Chili contaminés au Clostidium botulinum : http://www.la-vie-rurale.ca/contenu/13824.

Commentaires

eZ Publish™ copyright © 1999-2013 eZ Systems AS