Le Fleuve Saint-Laurent, une destination où il fait bon voyager

Sondage auprès des croisiéristes internationaux

L'Association des Croisières du Saint-Laurent a sondé sa clientèle actuelle de croisiéristes dans le but de conserver une offre touristique capable de répondre aux plus exigeants d'entre eux et de démontrer que le Saint-Laurent est une destination où il fait bon voyager à bord d'un navire de croisières.
Cette enquête fût menée entre le 9 septembre et le 27 octobre 2006 par les firmes Impact Recherche et Unimarketing grâce à un sondage en face à face auprès de 1867 croisiéristes qui ont visité l'une des escales suivantes : Montréal, Québec, Saguenay ou Baie-Comeau.

Parmi les faits saillants, on y découvre :

- Que le Canada gagne en popularité et qu'un passager sur deux souhaite revenir au Québec;
- Qu'au moins deux passagers sur trois avaient choisi leur croisière pour la notoriété de la destination et des escales;
- Qu'uniquement 8 % des passagers en étaient à leur première croisière et qu'en moyenne, ils avaient réalisé 8.9 croisières;
- Que la ville de Québec est celle à qui les passagers et membres d'équipage ont accordé la meilleure cote d'appréciation comme destination touristique (9.3/10) parmi les escales visitées (Montréal avec 8.4/10, Saguenay avec 7.2/10 et Baie-Comeau avec 7.2/10).

L'industrie des croisières internationales poursuit une croissance soutenue à l'échelle mondiale de 8 % par année depuis 20 ans et la clientèle de croisières recherche désormais des nouveautés. La destination Canada Nouvelle-Angleterre gagne en popularité et, pour cette raison, de plus en plus de lignes de croisières réalisent le potentiel du Saint-Laurent qui possède tous les atouts pour se développer.

En 2006, le Saint-Laurent accueillait globalement un nombre de 111 119 croisiéristes, avec ses escales de Montréal (33 000), Québec (65 000), Saguenay (11 399) Baie-Comeau (900) et les autres escales (820). L'enquête démontre que chaque passager laisse en moyenne 183 $ par jour/escale en retombées économiques directes au Québec (comparativement à 143 $ en 2003) en achats divers : souvenirs, repas et activités terrestres. Lorsqu'on additionne les dépenses des passagers à celles des membres d'équipage, il s'agit de plus de 22 millions injectés dans les économies locales en 2006.

– 30 –

Source:

René Trépanier, directeur général
Téléphone : (418) 725-0135

Commentaires

eZ Publish™ copyright © 1999-2007 eZ systems as