La Vie rurale / Opinions

Opinions

L'ensemble des éditoriaux, des lettres d'opinion reçues de nos lecteurs, des chroniques et des crititques sont regroupés dans cette section.

Vous avez des opinions à partager? N'hésitez pas à nous les faire parvenir!

Le Cardinal Ouellet au Vatican

Opinion

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 01 Juillet 2010

Le Cardinal Marc Ouellet, vient d’obtenir une promotion au Vatican; il devient préfet de la Congrégation pour les évêques ainsi que président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine. Cela veut dire qu’il va suggérer au Pape, entre autres, des candidatures susceptibles de devenir évêques. Ultimement, c’est le Pape qui décide, mais il n’en demeure pas moins que Marc Ouellet obtient l’équivalent d’un poste de ministre au sein du Vatican. C’est une grande promotion et jamais un Canadien n’est allé aussi loin au sein du pouvoir de ce plus petit pays au monde en termes géographiques.

Pierre Corbeil hospitalisé et pas respecté

Opinion

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 17 Juin 2010

Pierre Corbeil, ministre des Affaires autochtones, est hospitalisé suite à un malaise. Il devait se rendre à Malartic, en Abitibi, mais son collègue Yves Bolduc, ministre de la santé et médecin qui l’accompagnait, l’en a dissuadé. Il lui a plutôt dit de se rendre à l’hôpital. Monsieur Corbeil souffrait de vives douleurs sous les côtes. Depuis, il est hospitalisé et pas respecté. Je m’explique : des gens qui peuvent réagir à la nouvelle sur le site de Radio-Canada manquent carrément de respect et de la plus élémentaire politesse. On ne parle pas ici d’un criminel, mais d’un homme dévoué au service public.

Et si la commission Bastarache ne servait à rien…

Opinion

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 15 Juin 2010

On s’en doutait, la commission Bastarache sur le processus de nomination des juges a été commandée par Jean Charest afin de répondre aux allégations de son ancien ministre de la justice, Marc Bellemare, et redorer son image ternie. Or, Marc Bellemare conteste la légitimité et l’indépendance de la commission Bastarache allant même jusqu’à la qualifier de «d’arnaque et de piège à cons» lors d’une entrevue sur le réseau LCN.

Régis Labeaume a une crotte sur le cœur

Capitale-Nationale

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 05 Juin 2010

En lisant les journaux et les articles d’agences de presse ce matin, oh surprise, on apprend que Régis Labeaume a une crotte sur le cœur. Et il y a de quoi! «C’est normal, les maires, ils veulent des taxes. Excusez-moi, mais on n’échangera pas des taxes contre des crottes qui descendent dans la prise d’eau.» a déclaré le coloré maire de Québec vendredi après-midi. Mais de quoi parle-t-on ici? De merde, tout simplement. Des représentants de la MRC de la Jacques-Cartier venaient d’affirmer qu’ils allaient sans doute refuser d’imposer un moratoire sur les constructions dans les bassins versants de la Couronne nord de Québec. Cela veut dire clairement que le développement peut se poursuivre avec les systèmes de fosses sceptiques et non des raccordements à des égouts municipaux. Le maire en a assez des fosses sceptiques qui ne sont pas toutes conformes et qui teintent en brun la rivière Saint-Charles. «Est-ce que moi, je peux prendre une chance d’avoir la merde qui descende plus qu’elle descend là?» s’interroge Régis Labeaume.

DIX BONNES RAISONS POUR DIRE « NON » À LA RÉFECTION DE GENTILLY-2

Opinion

LA VIE RURALE – MONTRÉAL – 01 Juin 2010

Éric Notebaert MD, MSc, CSPQ, Professeur Adjoint de Médecine, Université de Montréal

Président, Professionnel-le-s de la Santé pour la Survie Mondiale (Aile québécoise de Physicians for Global Survival-Canada),

Membre du Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire (MSQN)

La reconstruction du réacteur nucléaire Gentilly-2 est une entreprise insensée à plusieurs niveaux. Nous devons absolument arrêter ce projet, et nous précisons ici dix des meilleures raisons qui justifient, pour nous, cette prise de position. Avant d’aller plus loin, il faut rappeler et insister sur le fait qu’il n’est pas trop tard pour agir. Malgré les annonces officielles, tout n’est pas joué. H-Q n’a pas encore obtenu de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) la revue de son Examen intégré de Sûreté (EIS). Les seules choses sur lesquelles Hydro-Québec travaille en ce moment sont l’agrandissement de l’aire de stockage de déchets, qui est nécessaire de toute façon, et la préparation ultérieure du projet de reconstruction.

Pour sauvegarder nos marées bleues

Îles-de-la-Madeleine

LA VIE RURALE – MONT-TREMBLANT – 15 Mai 2010, Lettre ouverte

Nous sommes actuellement sur la « grand’ terre » pour un séjour avec la famille et les amis. Tous les gens qu’on rencontre nous parlent de nos Îles avec ferveur comme si c’était chez-eux. Avec la même ferveur, ils parlent de la nécessité de protéger ce joyau d’une richesse inouïe.

Les personae non gratae du PLQ

LA VIE RURALE – SAINTE-ADÈLE – 14 Mai 2010, Opinion

Voilà c’est fait. Jean Charest a décidé de montrer la porte à Tony Tomassi, ex-ministre de la Famille. Ironiquement, son congédiement n’a rien à voir avec le financement des garderies privées. Il aura fallu que l’ancien ministre utilise une carte de crédit appartenant à l’agence de sécurité BCIA pour mettre fin à cette saga. Jean Charest espérait certainement ce genre de prétexte pour congédier celui qui a fait couler une quantité d’encre phénoménale au cours du dernier mois. Certains se posaient la question à savoir pourquoi le PM gardait en poste celui dont les histoires faisaient la manchette chaque jour. Surtout que le parti commençait à être dans l’embarras par les questions pointilleuses et incessantes que posaient les partis d’opposition. Force est d’admettre que Charest a erré sur cet épineux dossier et ne s’est aidé en rien à rétablir une certaine confiance qui lui glisse entre les mains depuis plusieurs mois déjà.

Le maire Régis Labeaume en a assez d’écoper pour les erreurs des autres

Capitale-Nationale

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 14 Mai 2010

Régis Labeaume a piqué une colère bien légitime hier au congrès de l’Union des municipalités du Québec. La raison : le monde municipal écope dans son ensemble pour la mauvaise gestion de quelques-uns. «Pendant qu'ils ne font pas leur mea-culpa, on mange tous de la merde!» a tonné Régis Labeaume. Personne n’était dupe, c’est contre le maire de Montréal, Gérard Tremblay, que le maire de Québec était fâché. Sans le nommer, il en a rajouté en disant : «Je vise ceux qui ont mal géré.»

La bureaucratie déshumanise les services

Opinion du citadin

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 13 Mai 2010

Un sondage réalisé par Léger Marketing pour la Fédération autonome des enseignants auprès de leurs membres fait jaser aujourd’hui. Les résultats sont troublants car une majorité d’enseignants dit avoir été victime de violence. 50% d’entre eux ont été victimes de violence physique et 85% au moins de violence psychologique ou verbale. Parmi eux, 45% de la violence psychologique ou verbale provient des parents d’élève. Pire que tout, 45% des répondants songent à réorienter leur carrière. C’est comme si les élèves et les enseignants étaient complètement laissés à eux-mêmes sans soutien des directions, commissions scolaires et du ministère de l’éducation. D’un côté les enseignants, et de l’autre, trois palier administratif qu’on dirait déconnecté de la réalité. Gros problème. La même journée, le vérificateur général du Québec affirme que les dépenses administratives des commissions scolaires semble trop élevées et qu’on pourrait, à leur niveau, épargner jusqu’à 115 millions de dollars en dépenses administratives pour sans doute le même service.

Le bureau du DGE : une commission d’enquête à lui tout seul

Opinion du citadin

LA VIE RURALE – QUÉBEC – 06 Mai 2010

Jean Charest refuse de faire une commission d’enquête sur la collusion entre le milieu de la construction et le politique, il refuse d’en faire une sur le financement des partis politique. Soit, pas de problème légalement parlant, c’est son droit de ne pas en faire. Le problème, c’est que le DGE du Québec, lui, est en train d’en faire une à lui tout seul. Quatre circonscriptions de ministres libéraux sont sous enquête actuellement. Je ne sais pas si c’est du jamais vu, mais c’est du très mal vu.