La Vie rurale / Articles / Agriculture / Restauration de la grange-étable du Centre d’initiative en agriculture de la région de Coaticook.

Restauration de la grange-étable du Centre d’initiative en agriculture de la région de Coaticook.

Estrie

Grange-étable construite par Eugène Orson Baldwin en 1912

Grange-étable construite par Eugène
Orson Baldwin en 1912.
Source image.

Le gouvernement du Québec a annoncé une subvention de 131 200 $ pour la restauration de la grange-étable du Centre d’initiative en agriculture de la région de Coaticook (CIARC). L’annonce a été faite par Mme Monique Gagnon-Tremblay, la ministre responsable, entre autres, de la région de l’Estrie. « En raison de sa valeur historique et patrimoniale indéniable, il nous appartient de conserver ce bâtiment agricole qui constitue un attrait touristique unique en son genre et des plus instructifs pour les agriculteurs », a déclaré la ministre Christine St-Pierre par voie de communiqué.

La grange-étable du CIARC a été construite par Eugène Orson Baldwin en 1912 et citée monument historique en 1999 par la Ville de Coaticook. Elle fut considérée durant longtemps comme la plus longue grange-étable au monde. Le livre Guinness des records a rapporté le fait durant plusieurs années.

Ce bâtiment presque centenaire sert aujourd’hui à des fins agricoles et de formation par le Centre régional d’initiatives et de formation en agriculture (CRIFA). « La municipalité régionale de comté de Coaticook a récemment fait adopter une politique de préservation du patrimoine agricole et, par la contribution de notre gouvernement, la restauration de cette grange-étable s'inscrit parfaitement dans cette optique », d'ajouter la ministre Monique Gagnon-Tremblay.

La restauration servira à remplacer les bardeaux de la toiture, la réparation des lanternes de ventilation, des lucarnes, corniches et revêtements muraux. Le coût total des travaux est estimé à 263 000 $. La subvention de Québec représente près de 50 % de cette somme. La MRC de Coaticook et plusieurs partenaires locaux ont insufflé l’autre 50 %. Un bel exemple de partenariat entre le gouvernement et les intervenants locaux.

Commentaires