La Vie rurale / Articles / Estrie / Les cyanobactéries frappent les lacs de l'Estrie et de la Montérégie: l'agriculture pointée du doigt.

Les cyanobactéries frappent les lacs de l'Estrie et de la Montérégie: l'agriculture pointée du doigt.

Utilisation inadéquate des engrais chimiques

2006 est une année noire pour les lacs de l'Estrie et de la Montérégie, ils sont infestés de cyanobactéries. L'infestation par la cyanobactérie est communément appelée algue bleue. Elles sont présentes dans tous les lacs mais lorsqu'elles atteignent une certaine concentration il faut interdire toute activité nautique. La situation est devenue très problématique cette année dans la région.

Les principaux lacs touchés sont : Boivin, Brome, Bromont, baie Mississiquoi du Lac Champlain, Roxton, Selby et Waterloo. Aussi, le réservoir Choinière où se situe la plage du Parc de la Yamaska. Tous ces plans d'eau sont fermés à la baignade, la pêche etc. Pour le Parc de la Yamaska il s'agit d'une première, jamais la plage n'avait été fermée jusqu'à présent. Depuis trois semaines, terminé les 5000 visiteurs hebdomadaires.

Le problème est criant cette année à cause des fortes pluies d'été. De plus grandes quantités d'engrais en provenance des terres agricoles avoisinantes se sont retrouvés dans les plans d'eau, provoquant la prolifération du phosphore qui est à l'origine de la multiplication des algues bleues.

Cela met en lumière des pratiques agricoles irresponsables à grande échelle : l'utilisation excessive d'engrais pour augmenter la productivité. Le phénomène est accentué par le déboisement massif des rives des lacs et rivières par les propriétés riveraines. Étant donné qu'un reboisement ne se fait qu'à très long terme, les responsables du parce national de la Yamaska espèrent une prise de conscience chez les agriculteurs qui sont les seuls à pouvoir faire une différence dans cette catastrophe. Une diminution de l'utilisation des engrais et la découverte de solutions durables pour protéger le milieu naturel. Sans virer tous au biologique, il y a certainement moyen de limiter l'utilisation d'engrais sans aller à la faillite.

Les agriculteurs ne sont pas les seuls responsables de ce désastre, mais c'est par eux que la situation peut changer le plus rapidement. Si rien n'est fait, tous ces plans d'eau vont devenir des marécages impropres à toute activité aquatique.

Voir aussi : http://www.la-vie-rurale.ca/contenu/7665

et http://www.la-vie-rurale.ca/contenu/7980

Commentaires

Cyanobactérie : Problème Provincial

Sur Internet, on ne peut plus chercher d'information sur les lacs du Québec sans tomber sur un article parlant de cyanobactéries, Il devient dangereux de manger une truite sans connaitre sa provenance.

Qu'est ce que le provincial attend pour agir? en attendant j'encourage les initiative comme http://www.saint-donat.info/saint-donat-249.html , ce n'est qu'une goutte d'eau dans un lac....mais c'est aussi en ne faisant qu'un petit pipi dans le lac qu'on a tout pollué.

La cyanobactérie n'est pas une fatalité!