La Vie rurale / Articles / Bas-Saint-Laurent / Marche mondiale des femmes à Rimouski : une participation au-delà des attentes

Marche mondiale des femmes à Rimouski : une participation au-delà des attentes

Bas-Saint-Laurent

Marche mondiale des femmes à Rimouski : une participation au-delà des attentes

La Fédération des femmes du Québec attendait 5000 participants aujourd’hui à la Marche mondiale des femmes à Rimouski dans le Bas-Saint-Laurent. Mais, c’est plutôt que double qui s’y est présenté, c’est-à-dire 10 000 participants. Le départ s’est fait au cégep de Rimouski pour se terminer au parc Beauséjour.

«Vous savez à quel point on vous a dit cette semaine qu'on ne représentait personne, qu'on était marginales et qu'on n'était pas modernes. On attendait 5000 personnes, il y en a eu 10 000. Il n'y a pas de meilleure réponse que votre arrivée ici à Rimouski. Le mouvement des femmes est enraciné dans toutes les régions du Québec. Ni le gouvernement, ni les machos, ni les radios de droite ne nous arrêteront. Dix mille personnes disent au gouvernement du Québec d'aller refaire leurs devoirs», a lancé Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) dans des propos rapportés par Le Soleil.

 

Il est vrai que la semaine ne fut pas des plus faciles pour la FFQ. La publicité sur une mère de soldat a créé un malaise important avec la phrase «avoir su qu'en donnant la vie j'allais fournir de la chair à canon, je n'aurais peut-être pas eu d'enfant». La manifestation au bureau de la ministre de la culture Christine Saint-Pierre ne fut pas un succès et fut très critiquée. Neuf des quinze manifestantes ont été arrêtées car elles refusaient de sortir des bureaux. Elles furent relâchées sur promesse de comparaître. Bref, une semaine pas facile. Alors de voir un défilé de près de 1000 mètres, dans une atmosphère festive et sereine, on peut imaginer que cela a fait du bien aux organisatrices et à la direction de la FFQ.

 

Les revendications de la FFQ sont les suivantes :

 

- Une hausse du salaire minimum.

 

- L’abolition des catégories de l’aide sociale.

 

- L’encadrement pour publicités sexistes.

 

- Le retour des cours d’éducation sexuelle au secondaire.

 

- Cesser les privatisations de services publics.

Commentaires