La Vie rurale / Articles / Chasse / La grippe aviaire n’est pas terminée

La grippe aviaire n’est pas terminée

Faune

Après la grippe AH1N1, et la psychose qui s’est emparé des médias et de biens de gens, dont un chanteur populaire, on avait mis de côté la grippe aviaire. Pourtant, cette grippe n’est pas rayée de la carte et pourrait revenir. C’est pourquoi le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) et le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) sollicitent la collaboration de la population afin de signaler la présence d’oiseaux sauvages retrouvés morts ou malades.

Cette demande de collaboration du public touche toutes les régions du Québec. Il s’agit d’une activité de surveillance dont l’objectif est une détection précoce de la présence du virus de la grippe aviaire le H5N1. Plus rapidement le virus est détecté, plus il est facile de répondre de façon adéquate au problème.

Comment signaler un oiseau sauvage mort ou malade? En composant le numéro 1-877-644-4545. C’est un numéro à Service Québec. Les appels seront compilés par le MAPAQ. Certains oiseaux seront récupérés afin d’être analysé au Laboratoire d’épidémiosurveillance animale du MAPAQ.

Pour l’année dernière, 1987 appels avaient été reçus. 501 oiseaux avaient été analysés. Sur ce nombre, sept oiseaux étaient atteint de la grippe aviaire. Toutefois, ce n’étaient pas le H5 et H7 qui se transmettent potentiellement aux humains. La situation l’an dernier était donc sous contrôle.

Avec l’automne et la saison de la chasse qui approche, les occasions de côtoyer les oiseaux sauvages ne manqueront pas. Soyons donc tous attentifs à la santé de notre faune ailée. La grippe aviaire ce n’est pas terminé.

Commentaires