La Vie rurale / Articles / Nord-du-Québec / Mieux préserver le caribou forestier du Nord-du-Québec

Mieux préserver le caribou forestier du Nord-du-Québec

Nord-du-Québec

Mieux préserver le caribou forestier du Nord-du-Québec

Le Grand Conseil des Cris et SNAP Québec, un organisme voué à la conservation de la nature, estiment que le développement d’un réseau de chemins forestiers dans le Nord-du-Québec pourrait avoir un impact négatif sur l’habitat du caribou forestier. Le caribou forestier est une espèce menacée.

« Notre connaissance de l’habitat essentiel du caribou forestier dans ce secteur est incomplète, faisant en sorte que les évaluations environnementales en cours ne s’appuient pas sur toute l’information nécessaire. Il est donc crucial pour la survie de cette espèce de suspendre les évaluations et les projets de développement sur ce territoire, tel que demandé par le Grand Conseil des Cris », explique Patrick Nadeau, directeur de la conservation à la SNAP Québec.

Le réseau de chemin forestier n’a rien de petit, il y a pour des milliers de kilomètres de chemins forestiers à construire. Cela va fragmenter l’habitat du caribou forestier. L’espère est vulnérable selon le gouvernement du Québec. Un nouveau joueur dans l’industrie forestière, EACOM Timber, qui a acheté trois scieries de Domtar au Québec (Matagami, Val d’Or et Saint-Marie), a plusieurs de ses projets de développements de chemins forestiers dans l’habitat du caribou forestier.

Depuis 2009, un moratoire a été demandé par SNAP Québec et le Grand Conseil des Cris à propos de l’activité forestière dans l’habitat du caribou forestier. L’objectif final si un tel moratoire devait être émis par Québec, serait de créer de nouvelles aires protégées dans le Nord-du-Québec afin de protéger le caribou forestier sur un territoire de 5000 km carrés près de la rivière Broadback et du Lac Evans.

Source d’informations SNAP Québec, Montréal

Commentaires