La Vie rurale / Articles / Abitibi-Témiscamingue / Bernard Émond, un cinéaste des régions

Bernard Émond, un cinéaste des régions

Abitibi-Témiscamingue

Le cinéaste Bernard Émond va conclure sa trilogie théologale en Abitibi. Le premier volet, La Neuvaine, qui traitait de la foi, a été tourné à Ste-Anne-de Beaupré. Contre toute espérance, qui traitait de l’espoir, a été tourné en Montérégie. Le dernier volet, Les fins dernières, traitera de la charité. Le village de Normétal a été choisi par le cinéaste pour le tournage qui doit débuter en septembre.

Émond est donc, à travers sa trilogie théologale, un cinéaste qui filme les régions du Québec, trop souvent absentes de notre cinématographie. Émond affirme à La Presse qu’il a écrit le film pour l’Abitibi : «J'ai écrit le scénario avec les lieux de Normetal. C'est un film lié à ces endroits-là».

Fait intéressant à noter, Émond reprend le personnage de Jeanne Dion, interprété par Élise Guilbeault dans La Neuvaine. «Je me suis longtemps demandé ce qui se passait avec ce personnage-là. J'ai eu envie de finir son histoire», explique Bernard Émond. Jeanne va accepter de remplacer un médecin de famille (Jacques Godin). «Elle se demande si elle reste là-bas» (en Abitibi, ndlr).

Le long métrage est produit par l’ACPAV et le tournage débute le 8 septembre pour se poursuivre jusqu’à la fin du mois d’octobre. Le budget est de 4,2 millions de dollars. Bernard Émond affirme à La Presse que cela coûte cher de tourner en région mais qu’il se félicite que la production ait suivi l’idée du cinéaste.

Commentaires