La Vie rurale / Opinions / Tourisme Parent Centre de services touristiques: Une initiative tente de voir le jour

Tourisme Parent Centre de services touristiques: Une initiative tente de voir le jour

L’agglomération de La Tuque aimerait mieux ne pas la voir naître.

On nous a déjà suggérés, dois-je dire, de façon cavalière, ne pas laver notre linge sur la place publique. On a déjà essayé de nous faire comprendre que nous n’étions pas à la hauteur, qu’on ne voulait pas dédoubler les services de l’agglomération. Le projet d’instauration d’un bureau d’accueil touristique a donc échoué. Quelle chance! Comme prix de consolation, on nous a offert d’installer un beau grand panneau avec une carte routière aux abords des routes forestières de Parent. On ne l’a pas encore vu...

Nous avons aussi tenté de fonctionner à leur manière et, à leur demande, avons centralisé nos efforts sur des services axés sur le tourisme, non pas sur l’accueil et l’information touristique, toujours pour ne pas dédoubler. Nous avons ensuite tenté d’être reconnus et soutenu dans nos initiatives dans le cadre du programme « Reconnaissance et soutien aux organisations 2008 ». Encore une fois, sans explication, on nous mentionne : « Un organisme sans but lucratif de services est considéré comme un service complémentaire à ceux offerts par la Ville. Il ne doit en aucun temps réaliser des activités ou services déjà effectués par la ville (page 14 de la politique 5-1-1 : »).

Quels services?

Instaurer un centre de services touristiques en terme de location d’équipement de villégiature, de promotion de l’offre, de création de forfaits avec les pourvoyeurs, les ferroviaires, les hydrobases et les communautés autochtones, de l’amélioration des infrastructures existantes avec des promoteurs privés (oui on en a trouvé des investisseurs), offrant des emplois saisonniers aux étudiants et créer une table de concertation des entreprises de notre secteur constitueraient des activités ou des services déjà effectués par la ville à 300 km de l’agglomération?

J’habite à Parent et je n’ai jamais pu louer quoi que se soit dans mon village, je n’ai jamais vu un étudiant travaillé l’été, je n’ai jamais pu me baigner à la plage, car la baignade y est interdite, il n’y a même pas une balançoire ou un parc pour les enfants et j’en passe. C’est certain, on peut obtenir une brochure de la Haute-Mauricie si l’on visite l’Hôtel de Ville qui est fermé les trois quarts du temps pendant la période estivale. Une page dans une brochure et une glace extérieure mal entretenue faute d’argent constitueraient « Les Services »?

Nous ne voulons surtout pas laver notre linge sur la place publique mais une question se pose. On consulte la population afin d’établir ses priorités. Ce qui en ressort, chose certaine, c’est d’améliorer les infrastructures, l’esthétique, l’offre et la promotion touristique du district. On nous invite à des réunions où différents paliers gouvernementaux sont présents et on nous demande de présenter des projets viables afin de trouver une ressource économique autre que l’industrie forestière. Mais on ne veut pas reconnaître un OBNL à vocation touristique ayant comme mission première le développement communautaire durable de son territoire, District No. 1 Parent, le plus grand de la Haute-Mauricie.

En écrivant ces quelques lignes, on apprend ce jour que notre seule ressource économique Kruger Scierie Parent est toujours en situation conjoncturelle et par conséquent qu’elle ferme ses portes le 8 février prochain pour une période indéterminée.

Il ne faut surtout pas laver son linge sur la place publique.

L'auteure est responsable du dossier de Tourisme Parent.

Commentaires