La Vie rurale / Opinions / Comment peut-on affirmer que Lamarche est un village qui n’aime pas les étrangers?

Comment peut-on affirmer que Lamarche est un village qui n’aime pas les étrangers?

Opinion du citadin

Le Quotidien de Saguenay titrait aujourd’hui que le village de Lamarche n’aime pas les étrangers. Si j’étais maire de cette municipalité j’enverrais une mise en demeure à ce journal. Malgré des événements à caractères racistes qui s’y déroulent, on ne peut généraliser ainsi. Ce serait comme dire que les Montréalais n’aiment pas les gens des régions. Voyons donc, les médias ont perdu tous sens commun juste pour vendre de la copie. Analysons le dérapage du journal Le Quotidien.

Lamarche est un village du Lac-Saint-Jean. Il est vrai qu’actuellement y sévit une controverse à caractère raciste entre une famille française et un groupe de citoyens hostiles. Ce groupe est-il représentatif du village? Permettez-moi d’en douter. L’histoire débute il y a un an lorsque la famille Satgé prend possession d’un ancien relais de motoneiges à l’abandon depuis plusieurs années. Pour ces investisseurs, il s’agit d’un rêve et ils y mettent leurs énergies pour faire de leur commerce le principal attrait touristique de la place.

On y trouve donc un resto et un bar, un service de location de motoneiges. De plus, les Français organisent des activités. Mais, certains gens du village, on ne sait pas approximativement combien, n’apprécient pas. Deux mois après l’ouverture, un conseiller municipal, Claude Bourgault, écrit dans une lettre qu’il a adressé aux Satgé et rapportée par Le Quotidien : «Moi, je suis né au Québec et ce qui me fait le plus suer, c'est de voir des immigrants qui arrivent ici. Ils nous critiquent, se moquent même de nous, mais, par contre, ils ont besoin de notre argent gouvernemental en subvention pour les aider à réaliser leurs rêves.» Le maire de l’époque Jean-Guy Fortin est alors contesté car il a appuyé ce projet. Lui-même homme d’affaires, il a dirigé Lamarche durant trente ans, mais là, c’était trop et il a démissioné en avril 2007. L’été fut tranquille, mais voilà que tout récemment, un écriteau géant a été placé à l’entrée du village où c’est écrit : «Fuck you William, Jean-Guy Fortin avec». De plus, toutes les petites pancartes de bienvenue destinées aux touristes que la famille Satgé a placées ont été enlevées.

Le nouveau maire, Martin Tremblay, affirme : «En tant que peuple, nous avons tendance à être jaloux de la réussite des immigrants. Cette malheureuse réalité ne touche pas uniquement Lamarche, mais l'ensemble du Québec.» Pardon? Êtes-vous bien cité Monsieur le maire? Vous dites que les citoyens de Lamarche sont jaloux de la réussite des Satgé? Que tous les Québécois en seraient jaloux tant qu’à y être?

Et une autre généralité! Sommes-nous devenus fous? Est-ce à cause de la commission Bouchard-Taylor où il se dit n’importe quoi que les Québécois généralisent hors de tout bon sens? Lamarche est un petit village où sévit un conflit de petite politique municipale. Une famille d’investisseurs français qui fait face à un groupe de citoyens hostiles. Ces citoyens sont-ils représentatifs de Lamarche? Certainement pas. Les Québécois sont jaloux de la réussite des immigrants? Certains sans doute, mais pas la majorité. Come on! Vous vous basez sur quoi pour dire que Lamarche n’aime pas les étrangers et Les Québécois sont jaloux du succès des immigrants? Journalistes (nous compris) et politiciens ont le devoir de peser leurs mots et de ne pas jeter d’huile sur le feu. C’est bien dommage pour la famille Satgé ce qui leur arrive, mais ils ont certainement des appuis aussi dans Lamarche, sinon ils n’aurait pas fait un an en continuant à s’agrandir. Me semble qu’il doit aussi y avoir un côté positif à la médaille. Les citoyens de Lamarche ne sont pas tous une bande d’épais qui s’amuse à arracher des pancartes! Et même le conflit a peut-être une nature plus complexe de nature économique et de concurrence?

Vous trouverez toujours dans les petites villes et villages du monde entier, des petits groupes de gens réfractaires à tout changement et à toute nouveauté. Il ne faut pas pour autant généraliser et qualifier un village à la lumière d’un énévement isolé, d’un stupide fait divers.

Lamarche ne mérite pas un titre de journal comme celui de ce matin. Quant à leur nouveau maire, j’espère qu’il a mal été cité et qu’il ne représente en rien le groupe d’arracheurs de pancartes et poseurs de graffitis du village.

Pour ma part, je souhaite à la famille Satgé et aux citoyens de cette municipalité de retrouver rapidement un climat social calme et… prospère.

Commentaires

lamarche

Je ne sais pas si ton analyse est juste Ricardo.
À Hérouxville par exemple, le maire a eu beaucoup d'appuis par rapport à ses stupidités dans sa communauté.
Si ces gens ne sont pas racistes alors ils n'ont qu'à réagir. Ne pas parler devant des actes aussi stupides veulent dire implicitement qu'on adment la stupidité et on est complice par le silence. Voyons la suite des choses.

Lamarche

C'est une réalité et M. le maire a bien raison. Mais la jalousie n'est pas seulement envers les immigrants. Une personne qui se démarque, et va de l'avant... Attention! gare a toi si on te remarque. Tu affiche un peu ta réussite... danger! t'es sûrement pas nette t'as profité de quelqu'un ou d'une situation. Tu te plante, alors là tout le monde savaient bien que cela allait se produire et en sont bien heureux.

Conseil, si tu réussit bien en affaire ne le dit a personne. Soit très low profile et tu as intérêt a avoir l'air de faire pitié. C'est péché d'avoir de l'argent et pour longtemps encore... surtout en région.

vision des régions

Cher Monsieur Louis T, je ne partage pas du tout votre avis sur les gens des régions. Si je me fie à vous et au maire de Lamarche, les gens des régions sont des loosers finis qui envient le moindre succès commercial. Désolé, je ne crois pas à cette vision des régions du Québec. Un seul exemple parmi d'autres, le succès d'affaires de la Beauce dans Chaudière-Appalaches. C'est une région ça non? Je crois que vous généralisez à partir de votre propre situation. Il serait intéressant de savoir de quelle région vous venez. Pour ma part, j'ai vécu en Montérégie, en Estrie et maintenant dans la région de la Capitale-Nationale. Je ne reconnais pas ces régions dans votre description. Je pense aux gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui sont fiers de leurs succès d'affaires, ce que vous décrivez ne leur ressemble pas. Ne serait-ce pas vous qui êtes envieux du succès des autres?

Une affaire internationale

En attendant, la presse nationale française en parle (Le Monde de ce week-end). Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'une simple réussite en affaires attise la haine et la jalousie à ce point. Parce que, vandaliser des affiches ou réclamer la démission du maire, c'est non seulement excessif mais dénote d'un système délétère bien ancré à Lamarche (sinon ce ne serait pas allé si loin, tout simplement). Cette histoire n'est vraiment pas à l'honneur du Canada. Le petit esprit est décidément bien partout...

Réponse à Thierry

Monsieur Thierry,
Je ne sais pas ce que vous voulez dire exactement. Si j'essaie de vous comprendre, vous êtes en train de dire que les citoyens de Lamarche sont tous jaloux du succès commercial d'un immigrant venu de France? Et bien non. Des jaloux, il y en a, certes, mais je ne crois pas que ce soit la population en général. Vous même, Thierry, ne pouvez affirmer une telle chose. Évitons les généralisations SVP.

lamarche

Riccardo, vous semblez à tout prix sauver l'honneur de Lamarche!

Ce qui m'apparaît bizzarre c'est la haine contre le maire Jean-Guy Fortin qui appuyait le projet et le fait que celui-ci s'est fait montré la porte. C'est ce qui fait penser que le phénomène de xénophobie dans cette histoire semble plus chronique que ponctuel.

Lamarche peut bien se sauver tout seul

Lise,
Je ne tiens pas à sauver l'âme de Lamarche. Je tiens toutefois à souligner vos propre terme, il semble que la xénophopie soit chronique. Sembler est un verbe intransitif dont la définition est paraître, avoir l'air. Or, dans de tels cas, il ne faut pas nécessairement se fier sur ce qui est rapporté par les médias. Pas plus que ce qui est rapporté par la Commission Bouchard Taylor. Il se peut que Lamarche soit un village peuplé d'une majorité de xénophobes. Il se peut aussi que toute cette histoire soit le fait d'une minorité. Que le maire ait été mis la porte n'a peut-être rien de démocratique. Bernard Landry a bien claqué la porte du PQ avec 76% d'appuis. Comprenez-vous un peu mieux mon propos?

lamarche

Je vous donne raison sur le point suivant: trop de journalistes sont irresponsables. Dans le journal "le Quotidien" il y a des dérappages. Le blogue de l'éditorialiste en chef manque royalement de rigeur notamment. C'est dommage pour les gens du Saguenay qui se trouvent mal renseignés. Je trouve que ce journal véhicule des propos non fondés et aime à faire dans les sensations.Quant à la xénophobie du village en question, on ne saura jamais. Mais j'ai vu des endroits au Québec ou la xénophobie était trop forte : St-Jérome et ses juifs par exemple, Hérouxville et la non dénonciation de son maire. Je ne croyais pas que cela puisse exister mais hélas, je n'en suis plus certaine. En passant, je suis originaire du Lac-St-Jean. Sans vouloir parler contre les régions, il y a manque d'ouverture parfois et une peur des étrangers qui me semble injustifié et qui me dérange.

peur de l'autre

La peur de l'autre, l'ignorance et le racisme vont ensemble. Ce vilain défaut n'appartient pas à un peuple, une région ou une ville en particulier. Il est le fait d'individus qui ne sont pas représentatifs de l'ensemble. Et ce genre d'individu on en retrouve partout dans le monde. Vous trouverez le même pourcentage de racistes à Montréal, Dublin, Paris ou Saguenay. Ni plus ni moins. J'ai choisi ces villes car j'y ai passé un certain temps dans chacune. Si les médias décident de jeter les projetcteurs sur les racistes du Saguenay, les gens auront alors l'impression que c'est cette région qui a un problème parce qu'au même moment on ne voit pas ceux de Montréal, Dublin ou Paris. Or, c'est une fausse perception, une déformation de la réalité. En tout respect, je ne peux adhérer à vos conclusions.