La Vie rurale / Articles / Nord-du-Québec / Projet de mine de fer au lac Bloom - Le BAPE informe la population le 19 juin à 19h30

Projet de mine de fer au lac Bloom - Le BAPE informe la population le 19 juin à 19h30

Fermont Photo: Inconnu, Le Québec en images, CCDMD.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) tient une séance d'information sur le Projet de mine de fer au lac Bloom par Consolidated Thompson Iron Mines Limited. Cette séance à laquelle participera le promoteur sera animée par une représentante du BAPE et aura lieu le mardi 19 juin, à compter de 19 h 30, au Club de curling de Fermont, situé au Centre L. J. Patterson, place Daviault à Fermont.

L'objet de la séance d'information est de permettre aux citoyens de s'informer sur le projet, la procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement, le processus de consultation publique ainsi que sur le rôle du BAPE. Cette séance d'information s'inscrit dans le mandat que la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Mme Line Beauchamp, a confié au BAPE. Ce dernier doit rendre accessibles au public l'étude d'impact et l'ensemble du dossier relatif au projet. La période d'information et de consultation publiques débute aujourd'hui le 30 mai et se terminera le 14 juillet 2007.

C'est durant cette période de 45 jours que tout citoyen, tout groupe, toute municipalité ou tout organisme peut faire la demande d'une audience publique auprès de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs. Le cas échéant, une commission du BAPE pourrait être chargée d'enquêter sur le projet et de consulter la population à cet effet.

Où consulter la documentation sur le projet ?

Les citoyens peuvent se renseigner sur le projet en consultant l'étude d'impact réalisée par le promoteur et les autres documents décrivant le projet et, entre autres, ses répercussions sur l'environnement. A compter d'aujourd'hui et jusqu'au 14 juillet 2007, ces documents peuvent être consultés au bureau du BAPE à Québec, à la Bibliothèque centrale de l'Université du Québec à Montréal de même que dans le site Internet du BAPE au www.bape.gouv.qc.ca, sous la rubrique «Mandats en cours». L'ensemble du dossier est également disponible aux endroits suivants :

 

  • bibliothèque municipale de Fermont, 130, rue Le Carrefour, Fermont ;

  • bibliothèque Louis-Ange-Santerre, 500, avenue Jolliet, Sept-Iles ;

  • Radio CKAU, 100, rue Montagnais, Maliotenam ;

  • Musée Shaputuan, 290, boulevard des Montagnais, Sept-Iles.

 

Quel est le droit du citoyen ?

Toute personne, tout groupe, tout organisme ou toute municipalité qui désire recevoir de l'information supplémentaire ou des précisions, obtenir l'avis d'experts sur le projet ou faire connaître son opinion et sa position à l'égard du projet peut faire une demande d'audience publique pendant la période d'information et de consultation publiques. Cette demande doit être transmise, par écrit, au plus tard le 14 juillet 2007, à la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Mme Line Beauchamp, 675, boulevard René-Lévesque Est, 30e étage, Québec (Québec) G1R 5V7. Le requérant doit y indiquer les motifs de sa demande et son intérêt par rapport au milieu touché par le projet.

Le projet

La compagnie Consolidated Thompson Iron Mines Limited projette d'aménager et d'exploiter une nouvelle mine de fer sur sa propriété au lac Bloom située à 13 km au nord-ouest de la ville de Fermont, dans la MRC de Caniapiscau. La mine métallifère serait de type «à ciel ouvert» et la fosse d'extraction, d'une superficie prévue de 211 ha, serait localisée entre les lacs Mazaré, Pignac et de la Confusion. Le minerai serait concentré sur place et le concentrateur produirait annuellement 7 millions de tonnes de minerai de fer.

Environ 20 millions de tonnes de résidus miniers seraient également produits chaque année. Ils seraient entreposés dans un parc à résidus à proximité. Le concentré serait acheminé par chemin de fer ou par convoyeur à Wabush, dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador, puis de là, au port de Sept-Iles. Dans un premier temps, le promoteur prévoit exploiter la mine et le concentrateur sur une période de vingt ans.

Le projet représente un investissement initial de l'ordre de 400 M$. Le promoteur entend entreprendre les travaux de construction dès la réception des certificats d'autorisation afin d'être en mesure de commencer la production minière durant le quatrième quart de l'année 2008. La construction du circuit de séparation du minerai magnétique serait, quant à elle, entreprise de manière à rendre ce circuit opérationnel en 2009.

Les répercussions prévues par le promoteur et les mesures d'atténuation proposées dans l'étude d'impact

Selon l'étude d'impact, les principaux enjeux liés au projet sont la contamination des sols, de l'eau de surface, des sédiments ainsi que de l'eau souterraine, la perte d'habitats terrestres et aquatiques pour la faune, la perturbation des usages du territoire et les retombées économiques. Plus que la présence des infrastructures et des activités de la mine, le déversement accidentel d'huiles, d'hydrocarbures, de solvants ou de tout autre liquide dangereux, le lessivage des métaux et l'entraînement des poussières de minerai vers les cours d'eau seraient les principales répercussions anticipées. Selon le promoteur, des mesures d'atténuation seraient mises en place pour les rendre acceptables.

La réalisation du projet engendrerait également une perte de 14 km(2) d'habitats terrestres actuellement disponibles pour la grande faune. Toujours selon le promoteur, considérant l'abondance des habitats de rechange dans ce secteur, les effets s'en trouveraient grandement amoindris. Toutefois, il y aurait des pertes importantes pour la faune ichtyenne (poissons). A cet égard, le promoteur prévoit des mesures de compensation afin de conserver une productivité équivalente à celle perdue. Afin d'éviter des perturbations sur les activités récréatives et de villégiature dans le secteur de la concession minière, le promoteur entend relocaliser un tronçon du sentier de motoneige ainsi que les chalets construits sur ce territoire. Finalement, le projet empiéterait de 14 km(2) sur un territoire de trappe autochtone d'approximativement 1 845 km(2) actuellement peu utilisé selon le promoteur.

Quelque 400 emplois seraient générés par les activités de construction et environ 250 emplois directs seraient créés lors de l'exploitation de la mine. La main-d'oeuvre locale et les membres des Premières Nations seraient favorisés au moment de l'embauche.


– 30 –

Renseignements:

Julie Olivier, conseillère en communication (418) 643-7447 poste 539 ou, sans frais, au 1 800 463-4732 lacbloom@bape.gouv.qc.ca.

Source:

BAPE

Commentaires