La Vie rurale / Opinions / L’avenir de l’énergie au Canada passe par l’hydroélectricité



Right menu


Web
www.la-vie-rurale.ca

Hydroélectricité

L’avenir de l’énergie au Canada passe par l’hydroélectricité

Opinion du citadin



Contrairement au Québec qui produit presque exclusivement son électricité à partir de l'eau et du vent, beaucoup de provinces canadiennes produisent encore et en grande quantité de l'électricité à partir de pétrole ou de charbon. L'Association canadienne de l'hydroélectricité souligne les mérites de l'hydroélectricité devant le Comité législatif sur le projet de loi C-30 pour presser le gouvernement fédéral de produire autrement de l'électricité. Et la meilleure solution pour remplacer les centrales au charbon et au pétrole et des construite des barrages hydroélectriques.

"La production d'électricité constitue l'une des plus grandes sources d'émission de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques", a indiqué Pierre Fortin, président de l'Association canadienne de l'hydroélectricité. "Opter collectivement pour le développement de sources d'électricité propres, renouvelables et à faible taux d'émission comme l'hydroélectricité nous permettrait de faire une contribution substantielle à la lutte contre les changements climatiques et la pollution de l'air."

Monsieur Fortin a tout a fait raison. C'est certain qu'il prêche pour sa paroisse, mais objectivement on ne peut que lui donner raison. Surtout si l'on considère que l'hydroélectricité est la principale source d'énergie propre et renouvellable au Canada. Elle représente les 2/3 de l'électricité produite au pays. Au Québec elle représente plus de 90%. Le 10% restant provient du nucléaire, de l'éolien et de quelques centrales au mazout dans le Nord-du-Québec entre autre. Le Canada jouit d'une grande abondance de rivières qui pourraient produire de l'électriciét d'un océan à l'autre et ainsi réduire à près de 0 les émission de GES pour la production d'électricité.

"De l'avis de tous, la pollution atmosphérique et les changements climatiques constituent des enjeux environnementaux majeurs; la solution la plus judicieuse réside dans la production d'électricité à partir des centrales hydroélectriques", a ajouté Colin Clark, président du conseil d'administration de l'ACH et vice-président exécutif d'Energie Brookfield. "Toutefois, pour la mettre en oeuvre, le gouvernement doit améliorer le processus d'évaluation environnementale des projets énergétiques et instaurer un système d'échange de droits d'émission qui fixera des normes nationales en matière de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques pour le secteur de l'électricité."

Avec l'établissement d'un système d'échange de droits d'émission ainsi que l'attribution de permis et de crédits qui seraient fondés sur des normes nationales, il y a fort à parier

que cela constituerait un incitatif fortpour développer les sources d'électricité propres dont l'hydroélectricité. L'Association canadienne de l'hydroélectricité estime que le temps presse pour l'instauration de ce système qui devrait, selon elle, établir des objectifs précis à court et long terme et un échéancier de mise en œuvre.

Le temps presse aussi cartout investissement dans la nouvelle production d'électricité suppose de longs délais de mise en production. Une réduction importante des gaz à effet de serre demande un effort majeur de l'industrie de la production d'énergie et l'électricité.

Devant une telle proposition, vous risquez de voir beaucou d'écologistes déchirer leur chemise. En effet, pour eux la dernière chose à faire pour combattre la production de GES est de construire des éoliennes partout. Surtout ne touchez pas aux rivières. Un n'empêche pas l'autre. Il faut développer les deux et même plus. L'hydroélectricité est nécessaire si on veut fermer rapidement les centrales au charbon et au mazout.

L'Association canadienne de l'hydroélectricité fait une proposition intéressée, mais intéressante aussi il est souhaitable qu'elle ait été entendue hier devant le comité sur le projet de loi C-30.

Commentaires