La Vie rurale / Articles / Communications / SAGIR: Pour une modernisation contrôlée des systèmes informatiques de gestion de l'État

SAGIR: Pour une modernisation contrôlée des systèmes informatiques de gestion de l'État

Le ministre des Services gouvernementaux, Pierre Reid, a rendu publique hier la stratégie SAGIR qui vise la modernisation des infrastructures informatiques de gestion des ressources humaines, financières et matérielles du gouvernement du Québec. Il a également lancé la première étape de la stratégie, SGR1, qui permettra le remplacement du volet gestion des dépenses du système budgétaire et comptable (SYGBEC), qui date de 35 ans.

Le renouvellement des infrastructures informatiques est un élément clé de la mise en oeuvre du Centre de services partagés (CSP), qui a pour objectifs l'optimisation de la gestion et la réduction des coûts administratifs. À cet effet, le ministre a rappelé les conclusions du rapport du Groupe de travail sur l'intégration et la rationalisation des services administratifs qui évalue à 200 M$ par année les économies relatives à la mise en oeuvre du Centre de services partagés et à la modernisation des infrastructures informatiques de gestion.

Ainsi, le CSP et SAGIR contribueront à l'atteinte des objectifs de la modernisation de l'Etat, qui prévoit la réduction de 20 % des effectifs de la fonction publique et de 700 M$ de la masse salariale d'ici 2013.

SAGIR

Plutôt que de poursuivre le développement d'un mégasystème informatique du type GIRES, le gouvernement a décidé d'adopter une stratégie contrôlée de modernisation par étapes autonomes. Cette stratégie, SAGIR, est constituée de sept étapes, SGR1 à SGR7. Chaque étape requiert l'approbation du Conseil des ministres.

" Avec la stratégie SAGIR, le gouvernement reste le maître d'oeuvre de l'ensemble de la démarche de modernisation de ses infrastructures technologiques de gestion. Il décide de la pertinence de réaliser ou non une étape en respectant les priorités et la capacité de payer des Québécois", a indiqué le ministre Reid.

Ainsi, selon les décisions qui seront prises par le gouvernement dans les années à venir, la stratégie SAGIR nécessitera un investissement allant de 317,2 M$ pour la réalisation de SGR1, à 574,2 M$ si on décidait de réaliser l'ensemble des sept étapes. Selon le scénario retenu, la stratégie représente entre 333,3 M$ et 590,3 M$ d'économies comparativement aux coûts du projet GIRES.

SGR1: Système de comptabilité (dépenses) et acquisitions

La mise en oeuvre de la première étape, SGR1, approuvée par le Conseil des ministres, vise à doter le gouvernement d'un système central de gestion des ressources matérielles et financières pour simplifier et rationaliser la gestion budgétaire, comptable ainsi que des acquisitions. Son implantation permettra la simplification du travail du personnel administratif par l'intégration de nombreuses fonctionnalités. Amorcée par la mise en place avec succès d'un projet pilote au sein du Secrétariat du Conseil du trésor, du Contrôleur des finances et de la Direction générale des acquisitions du ministère des Services gouvernementaux, l'implantation de SGR1 se déroulera dans les autres ministères et organismes sur une période de deux ans.

Un contrôle véritable

Au-delà des systèmes de contrôle de base d'un développement informatique, la stratégie SAGIR comporte six précautions supplémentaires qui ont été prises pour assurer un véritable contrôle des coûts et des échéances.

Ainsi, chaque étape de la stratégie SAGIR doit être approuvée par le Conseil des ministres après recommandations du Conseil du trésor et des comités ministériels. L'implantation est supervisée par un comité de gouvernance de très haut niveau et encadrée par un processus d'accompagnement qui s'échelonne sur une période de onze mois, du jamais vu au gouvernement du Québec.

Commentaires