La Vie rurale / Opinions / Émile Loranger et les oranges

Émile Loranger et les oranges

Capitale-Nationale

Émile Loranger

Source image :

http://www.lancienne-lorette.org

Émile Loranger, maire de L’Ancienne-Lorette, en banlieue de Québec, dans la région de la Capitale-Nationale, est un personnage coloré et un fin stratège. Il se demande, publiquement lors d’une conférence de presse aujourd’hui en après-midi, si sa ville ne devrait pas considérer de se fusionner à la Ville de Québec. Après une fusion forcée en 2001 et une dé-fusion en 2004, assistera-t-on à une autre fusion en 2012?

Pourtant, avec une émotion qui ne semble pas feinte, le maire Loranger ne souhaite pas une telle fusion. Mais, il estime que sa ville est perdante avec l’augmentation des sommes à donner à Québec pour les services conjoints. On suppose que le maire Labeaume n’ait pas l’intention de faire la charité aux villes limitrophes et ça se comprend. Vous voulez des services? Payez!

 

Sur le prochain compte de taxes des citoyens de L’Ancienne-Lorette, l’augmentation sera de 500$ pour être capable d’effectuer le paiement de la quote-part. Les taxes de L’Ancienne-Lorette et de Québec seront alors équivalentes, évalue Émile Loranger. Pourquoi alors ne pas fusionner? Un sondage sera transmis aux citoyens de l’Ancienne-Lorette à savoir s’ils veulent fusionner avec Québec et auquel ils devront répondre avant le 15 septembre. Même si le résultat était positif, rien ne dit que Québec une telle fusion. Émile Loranger, lui, est prêt à démissionner si ses citoyens souhaitent fusionner avec Québec : « On s'entend bien que la pire chose que je pourrais faire, c'est d'essayer de fausser les résultats. Quand le compte de taxes va arriver au mois de février, le coup de pied dans le derrière, je vais l'avoir à ce moment-là. J'aime mieux l'avoir maintenant » a-t-il déclaré dans des propos rapportés par Radio-Canada.

 

Le maire de L’Ancienne-Lorette a souvent été critiqué pour passer beaucoup de temps en Floride durant la saison froide, gérant la ville à bonne distance. Il est vrai que payer le même compte de taxes qu’à Québec pour un maire qui passe beaucoup de temps en Floride contre un maire omniprésent, rend le sondage quelque peu périlleux pour Loranger. Toutefois, s’il gagne son pari, il pourrait être encore dix ans au pouvoir tout en passant de plus en plus de temps en Floride. Entre les pommes du Québec et les oranges de Floride, Émile Loranger s’enligne de plus en plus, quoi que soit le résultat de son sondage, pour profiter d’une douce retraite au soleil.

Commentaires