La Vie rurale / Opinions / Élections fédérales 2011 / Disparition quasi complète du Bloc québécois

Disparition quasi complète du Bloc québécois

Élections fédérales

L’élection générale fédérale du 2 mai 2011 sonne le glas pour le Bloc québécois. Le vingtième anniversaire sera-t-il le dernier? Seulement 3 (voir 4, une circonscription demeure incertaine quant au résultat) députés du Bloc sont élus. Le chef Gilles Duceppe n’a pas été réélu dans sa circonscription et il a démissionné hier. Une défaite amère. Les Québécois ont abandonné le Bloc et cet abandon fait mal. C’est la fin d’une époque.

Même constat du côté libéral, lui aussi relégué, à une moindre ampleur, au rang de tiers parti. Michael Ignatieff vient d’annoncer sa démission lui qui n’a pas été réélu dans sa circonscription. Denis Coderre et Justin Trudeau doivent déjà être en train de préparer leur candidature pour une campagne au leadership.

Grand gagnant de l’élection d’hier, le parti conservateur qui est désormais majoritaire. Stephen Harper a gagné son pari sur toute la ligne : il a relégué le parti libéral et le Bloc québécois au rang de tiers parti et a désormais les coudées franches face à une opposition inexpérimentée.

Second grand gagnant, le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui devient l’opposition officielle. Une opposition avec certes beaucoup de gens inexpérimentés, mais avec beaucoup sincérité et de volonté de changer les choses en politique. C’est l’antithèse conservatrice qui se retrouve à l’opposition avec un parti mené par un homme qui est là depuis longtemps, Jack Layton, qui connaît le système politique canadien et qui a une équipe composé de gens des tous les milieux : étudiants, travailleurs de divers horizons etc.

Troisième gagnant, le parti vert qui a réussi une première percée en faisant élire une députée, Élisabeth May. La stratégie de concentrer les efforts sur la circonscription de la chef des Verts a payé. La première députée verte du pays va siéger à Ottawa pour les quatre prochaines années.

L’erreur stratégique de l’opposition menée par le parti libéral, le Bloc québécois et le NPD fut de renverser le gouvernement conservateur sur un budget apprécié d’une majorité de Canadiens. Le seul gagnant dans l’opposition fut le NPD dans la mesure où il a augmenté son nombre de député au détriment des deux autres partis de l’opposition.

Les Canadiens ont donc un gouvernement majoritaire conservateur avec une opposition néo-démocrate pour les quatre prochaines années. Les Canadiens voulaient la stabilité politique. Les Québécois en avaient assez du Bloc québécois et l’ont abandonné à l’Histoire. En ce 3 mai 2011, une nouvelle ère politique commence. Le Québec de toutes les régions est, contre toute attente, néo-démocrate. C’est peut-être l’aspect le plus étonnant de cette élection. Le Québec votait Bloc depuis vingt ans, il vote maintenant en bloc pour le NPD.

C’est Jack qui doit être content.

Commentaires