La Vie rurale / Articles / Politique / Pétition déposée pour la démission de Jean Charest

Pétition déposée pour la démission de Jean Charest

Poliltique

Amir Khadir

Source image : Yanik Crépeau sur Wikipédia

La pétition demandant la démission du premier ministre Jean Charest qui était sur le site de l’Assemblée nationale entre le 15 novembre et le 15 février a été déposée hier. En tout, 247 379 personnes demandent la démission du premier ministre. C’est le député de Québec solidaire, Amir Khadir, qui a déposé la pétition à l’Assemblée nationale.

Le seul député de la formation de gauche a déclaré : « Au moment où M. Charest prépare son discours inaugural avec lequel il espère tourner la page sur la première moitié de son mandat, cette pétition vient lui rappeler ce que la population attend de lui, quelles mesures il doit prendre pour retrouver la confiance du public, estime M. Khadir. S'il ne peut se hisser à la hauteur d'un homme d'État, alors il est temps qu'il cède sa place. »

Rappelons que la pétition en ligne avait été lancée par monsieur Steve Brosseau aidé par des concitoyens et le député Amir Khadir. Pour justifier la démarche, la pétition invoque les faits suivants :

- Refus de mettre sur pied une commission d’enquête publique sur les liens entre le financement des partis québécois et l’octroi de contrats gouvernementaux

- Refus d’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste

- Ne pas tenir compte de l’avis d’une majorité de Québécois contre les mesures prévues dans le budget 2010.

Pierre Moreau, nouveau ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, a déclaré à l’Agence QMI à propos de cette pétition : «Un des critères est que la pétition doit viser une action qui est du ressort de l’Assemblée nationale, a-t-il expliqué. Or, la juridiction de l’Assemblée nationale ne lui permet pas de destituer un membre de l’exécutif (…) Vous ne verrez plus ce genre de pétitions là à l’Assemblée nationale.» Des propos qui ont bien entendu fait réagir les trois autres partis qui voient, en cette déclaration, une tentative de bâillonner l’opposition.

Commentaires