La Vie rurale / Articles / Patrimoine / Protection du Bois de Contrecoeur

Protection du Bois de Contrecoeur

Montérégie

Suzanne Dansereau, mairesse de Contrecoeur en Montérégie, a inauguré aujourd’hui un projet de conservation d’une partie du Bios de Contrecoeur. Une contribution financière de 639 000$ sera dépensée pour y parvenir partagée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement (FHQE), le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) et la Ville de Contrecoeur.

"C'est grâce à l'ouverture et à la collaboration entre les divers partenaires que nous sommes ici aujourd'hui, et que nous pouvons offrir à la population de Contrecœur et aux générations futures ce site qui demeurera, à jamais, à son état naturel." a dit madame Suzanne Dansereau.

Le Bois de Contrecoeur appartient à la Colonie des Grèves et la Ville de Contrecoeur vient d’acquérir une partie de ce bois sur une superficie de 65 hectares. La forêt acquise possède une pinède, une zone boisée riveraine qui est une forêt résiduelle intacte du bord du fleuve. On conçoit que c’est assez rare tant le secteur est agricole ou urbain.

Cette parcelle de forêt sera dorénavant protégée à jamais.

"Grâce à de tels projets, les propriétaires privés, les organismes de conservation et le gouvernement du Québec contribuent à préserver des échantillons remarquables de notre patrimoine naturel. Cette collaboration est plus déterminante encore dans le sud de la province, où la biodiversité est la plus riche, et où les pressions liées au développement sont aussi les plus fortes", a fait savoir la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, madame Line Beauchamp.

Cette démarche d’acquisition s’insère dans un plan de développement du Parc régional des Grèves qui s’étend sur le territoire des municipalités de Contrecoeur et de Sorel-Tracy. L’achat étant fait, il reste à permettre au public d’avoir accès au site de manière contrôlée afin d’assurer la pérennité des lieux.

Le terrain appartient désormais à la Ville de Contrecoeur et Nature-Action-Québec. Donc une copropriété. Le montant nécessaire à l’achat, 639 000$, se réparti ainsi. 286 000$ proviennent de la Communauté urbaine de Montréal, 203 000$ proviennent de la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement, 100 000$ proviennent du ministère du Développement durable, de l’environnement et des Parcs et 50 000$ de la Ville de Contrecoeur.

Commentaires