La Vie rurale / Articles / Outaouais / Primes pour les infirmières et inhalothérapeutes de l’Outaouais

Primes pour les infirmières et inhalothérapeutes de l’Outaouais

Outaouais

L’Agence QMI rapporte aujourd’hui que la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) vient de conclure une entente de principe avec le gouvernement du Québec à propos d’un rétablissement des primes de soir et de nuit consentis aux inhalothérapeutes et infirmières de l’Outaouais. Il va de soi que les détails de l’entente ne sont pas connus avant que les membres du syndicat en prennent connaissance mardi le 15 novembre lors d’une assemblée extraordinaire.

La nouvelle réjouit le caucus des députés libéraux de l’Outaouais car il est essentiel selon eux de retenir les professionnels de la santé en Outaouais, surtout avec l’attrait que peut susciter l’Ontario tout à côté. L’Outaouais est donc une région particulière en ce sens.

Récemment, l’Agence de la santé et des services sociaux de l’Outaouais avait annoncé vouloir abolir les primes, qui s’élèvent à 1,5 millions, dans la région. Ces primes visaient à inciter les professionnels en soin de santé à travailler le soir et la nuit dans les établissements de santé de l’Outaouais plutôt que d’aller travailler en Ontario province juste de l’autre côté de la rivière des Outaouais.

Il allait de soit, rapporte l’Agence QMI, que la FIQ ne voyait pas cela d’un bon œil du tout. En effet, la FIQ estimait que l’élimination des primes de soir et de nuit risquait de nuire grandement aux soins offerts à la population et, bien sûr, à la défection de nombreux employés tentés de traverser la rivière des Outaouais pour exercer leur métier. «À défaut d'être reconnues et valorisées dans leur établissement, les professionnelles en soins seront certainement tentées de quitter la région pour aller travailler en Ontario. Cet exode à prévoir sera carrément destructeur pour l'Outaouais puisqu'il deviendra fort difficile, voire improbable, d'attirer la relève avec de telles conditions de travail», avait dit récemment le 2e vice-président de la FIQ, Daniel Gilbert, dans des propos rapportés par l’Agence QMI.

Commentaires