La Vie rurale / Articles / Municipalités / Des maires disent Wo! Au gaz de schiste

Des maires disent Wo! Au gaz de schiste

Municipalités

Source image :

Meredithw sur Wikipedia

Réunis dans le cadre de l’Alliance des villes des Grands lacs et du Saint-Laurent, des maires de la région des grands lacs et du Saint-Laurent réclament des changements aux lois pour que les villes puissent avoir un certain pouvoir sur l’exploitation des gaz de schiste. Présent à cette réunion, le maire de Québec, Régis Labeaume, a exprimé devant les médias son inquiétude face au développement accéléré de l’exploration dans la vallée du Saint-Laurent.

Québec a d’ailleurs déjà accordé un permis d’exploration à une entreprise sur son territoire. C’était pour trouver du gaz naturel, selon le maire, mais il s’est avéré que l’entreprise en question s’intéressait au gaz de schiste. «Si, actuellement, une compagnie arrive à Québec et dit qu'elle a besoin d'un permis pour faire de l'exploration de gaz de schiste, je pense que, légalement et juridiquement, le conseil municipal ne peut pas refuser ça... On a un problème de juridiction et on a un problème de gouvernance.» a affirmé Régis Labeaume à l’Agence QMI.

 

En effet, l’exploration et l’exploitation des ressources souterraines sont de juridiction provinciale et encadrées par la Loi des mines et la Loi provinciale sur l’urbanisme. Ceci étant dit, ces activités vont se dérouler sur les territoires municipaux et ce sera aux maires de répondre aux inquiétudes des citoyens devant ce type d’exploitation. De plus, ce sont les villes qui vont hériter de grands volumes d’eau à décontaminer. L’exploitation du gaz de schiste nécessite beaucoup d’eau et celle-ci devient contaminée par toute sorte de polluants. «C'est sûr qu'on demande gros parce que c'est de changer la Loi des mines, qui existe depuis 100 ans. Mais la vie a changé, la gouvernance réelle a changé. Si le maire de Montréal n'a pas un mot à dire sur les permis d'exploration qui sont donnés chez lui, je pense qu'on a un «petit» problème...» a expliqué Régis Labeaume à QMI.

 

L’Alliance des villes des Grands lacs et du Saint-Laurent n’est pas contre l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste mais contre de vieilles lois désuètes qui écartent les villes d’enjeux fondamentaux comme l’exploitation d’une richesse naturelle.

Commentaires