La Vie rurale / Articles / Montérégie / Référendum à Granby sur l'acquisition des terres Miner

Référendum à Granby sur l'acquisition des terres Miner

Montérégie

Dimanche 1er avril fut une journée importante pour la ville de Granby en Estrie. Richard Goulet, le maire, désirait avoir l'accord de ses citoyens pour que la ville puisse faire l'acquisition des terres Miner. La ville devra, pour se faire, s'endetter, d'où l'importance d'avoir l'appui d'une majorité de citoyens.

Le journal La Voix de l'Est rapporte que14 554 personnes (65% des votants) ont donné leur appui à cette acquisition et 7865 personnes (35% des votants) étaient contre. Le taux de participation a été de 48,46%.

Les partisans du «non» qui souhaitaient que la ville de s'endette pas d'avantage, n'ont pas pu faire sortir le vote davantage. Le projet ira donc de l'avant. Les partisans du oui, réunis à l'hôtel de ville, sentant la victoire approcher hier soir scandaient «Halte-là, halte-là, halte-là, la terre Miner, on l'a!» décrit La Voix de l'Est.

La ville de Granby a désormais toute la légitimité requise pour emprunter 8 millions de dollars afin d'acheter la forêt plus que centenaire de la famille Miner. Ce territoire fait 2 kilomètres carrés et il est situé en plein dans la municipalité. Idéal pour en faire un parc urbain unique.

Le maire Richard Goulet désire protéger la moitié des terrains où se trouvent les arbres centenaires. L'autre moitié sera constituée de terrains accueillant un développement résidentiel. Les partisans du oui et le maire ont vu avec ce projet, quelque chose de rassembleur et de motivant pour maintenant et pour les générations futures. L'affaire a fait grand bruit puisque toutes les télévisions ont fait état de ce référendum dans les bulletins de nouvelles du dimanche 1er avril. Et ce n'était pas un poisson d'avril.

Dans le clan des partisans du non, il y avait l'ancien maire de Granby, Michel Duchesneau, un entrepreneur en construction, qui estime que la ville va payer deux fois trop cher ce terrain en plus de devoir le décontaminer. Toujours selon lui, la ville de Granby devra augmenter la taxe foncière de 31% pour payer la note.

Le maire actuel a rejeté ces estimations et ces chiffres du revers de la main tout comme les partisans du oui. Le maire Richard Boulet affirme que les terrains sont décontaminés et que les taxes demeureront inchangées malgré cette acquisition.

Commentaires