La Vie rurale / Articles / Médias / Le journal La Tribune à l’aube d’un arrêt de travail?

Le journal La Tribune à l’aube d’un arrêt de travail?

Estrie

Le journal La Tribune à l’aube d’un arrêt de travail?

Les employés syndiqués du journal La Tribune ont rejeté dans une proportion de 87% les offres patronales, c’est à dire 92 des 130 employés présents. Toutefois aucun vote n’a été pris pour une grève. Du côté patronale, la menace d’un lock out n’est pas à écarter à ce stade-ci.

Le journal La Tribune, qui appartient à Gesca, une filiale de Power Corporation, affirme que l’employeur proposait, une augmentation des heures de travail sans compensation, une diminution du nombre de semaines de vacances, des coupures significatives dans le régime de retraite et un gel salarial d’un an.

«L'employeur fait fi des particularités de La Tribune en demandant des concessions qui ne répondent pas aux besoins du quotidien de Sherbrooke et il doit revoir son approche», affirme Jean-Pierre Gallant, représentant national du SCEP-FTQ interrogé par La Tribune.

Louise Boisvert, présidente et éditrice de La Tribune, a affirmé au journaliste de son quotidien venu l’interroger : «De notre côté, la négociation est terminée. Il n'y a pas de raison que les employés de La Tribune aient des conditions de travail différentes de l'ensemble des journaux. On réfléchit à la suite en vue des prochaines étapes»

Il me semble que ça sent le lock-out. Les lecteurs du quotidien de l’Estrie suivent le conflit avec intérêt. Verra-t-on sous peu l’apparition d’un journal intitulé Rue Roy (c’est là que sont les locaux du journal) pour les éventuels lock-outé de la Tribune?

Commentaires