La Vie rurale / Articles / Formation / François Legault, pas un nouveau parti mais on s’en approche

François Legault, pas un nouveau parti mais on s’en approche

Politique

François Legault

François Legault

Source image : http://www.assnat.qc.ca

Après des mois d’attente, l’ex-ministre péquiste François Legault s’est lancé ce matin pour présenter la Coalition pour l’avenir du Québec. Il était accompagné de l’homme d’affaires Charles Sirois et d’un groupe de personnalités qui se disent passionnées par la politique. Leur point en commun, faire de l’éducation la priorité des Québécois pour les prochaines années. Une nouvelle qui doit faire plaisir au monde de l’éducation.

La Coalition pour l’avenir du Québec en a profité pour dévoiler son manifeste dans lequel on retrouve deux grands points :

- Le rétablissement de la confiance de Québécois envers leurs institutions publiques

- Mettre un terme à la division des souverainistes versus les fédéralistes.

Quatre chantiers seront mis en valeur : l’éducation, la santé, l’économie ainsi que la langue et la culture. La souveraineté n’est pas un des chantiers. François Legault lui-même ne se décrit plus comme étant un souverainiste. Pour lui, son mouvement va au-delà de la question nationale car il réunit des fédéralistes et des souverainistes mobilisés vers des objectifs communs.

Il y a douze signataires au manifeste :

- François Legault bien sûr, ancien ministre péquiste et cofondateur;

- Charles Sirois, homme d’affaires et cofondateur

- Bruno-Marie Béchard Marinier, recteur honoraire de l’Université de Sherbrooke et ancien candidat libéral fédéral;

- Dr. Lionel Carmant, médecin neurologue;

- Sylvie Lemaire, femme d’affaires;

- Chantal Longpré, présidente de la Fédération des directions d’établissements d’enseignement;

- Stéphanie Raymond-Bougie, avocate en droit des affaires;

- Annie Samson, mairesse de l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, à Montréal;

- Jean Lamarre, président de Lamarre Consultants

- Michel Lemay, président du Réseau HEC Montréal

- Marie-Ève Proulx, mairesse de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud

- Jean-François Simard, ancien député péquiste.

Charles Sirois a affirmé ce matin que la démarche est apolitique et non partisane. Aucun projet de création d’un nouveau parti politique n’est à l’ordre du jour à cette étape-ci. Cela veut dire que la création d’un nouveau parti n’set pas exclu car les signataires du manifeste estiment que le Québec est dans une impasse et faute d’un parti apte à adopter leurs idées, il n’est pas impossible qu’ils en créent un. En attendant, la Coalition invite les Québécois à participer aux discussions, via Internet. Par la suite, un plan d’action sera déposé l’automne prochain.

Commentaires