La Vie rurale / Articles / Centre-du-Québec / Le PQ ne fera pas de virage à droite

Le PQ ne fera pas de virage à droite

Centre-du-Québec

Pauline Marois

Source image : Wikipedia, Louperivois

Réunis à Drummondville cette fin de semaine, les péquistes ont clairement signifié à Pauline qu’ils n’appréciaient pas l’idée d’un virage à droite advenant le cas où ils prendraient le pouvoir. Cela veut dire que les péquistes ne veulent pas d’abolition des agences régionales de santé et de remise en question des commissions scolaires. Les 600 congressistes ont majoritairement défendu la structure actuelle bureaucratique et ce au nom des régions qui bénéficient le plus de ces structures.

Pauline Marois, chef du Parti québécois (PQ) a affirmé aux militants qu’elle prenait acte mais qu’elle croit que le débat à propos de la débureaucratisation doit se poursuivre. «Des gens ont souhaité conserver certaines structures, mais jamais on a dit qu'on devait les conserver comme telles» a-t-elle affirmé selon ce que rapporte le réseau Canoe. «Ce n'est pas écarté que ça puisse être ramené, ou ça pourrait être ramené en disant est-ce qu'on les rationalise et qu'on les ramène à de petites entités, mais je crois qu'il faut se permettre de finir le débat sur ça» aurait-elle poursuivi. Il est évident que la position des militants a été comme une gifle pour la leader.

Pour beaucoup de militants réunis sur place, débureaucratisation veut dire congédiements, dégraissage veut dire congédiements. Ce n’est pas le cas, de dire Mme Marois qui mise sur les départs naturels pour une débureaucratisation efficace.

Continuons à vivre au-dessus de nos moyens! C’est dommage que 600 citoyens du Québec décident de l’éventuelle tournure que prendre le gouvernement de la province de Québec advenant l’accession au pouvoir du PQ.

Au moment de voter, il serait bien de se souvenir qu’un gouvernement du PQ risque fort de creuser notre dette à la manière grecque.

Commentaires