La Vie rurale / Articles / Bas-Saint-Laurent / Le DGE des élections innocente Jean D’Amour

Le DGE des élections innocente Jean D’Amour

Bas-Saint-Laurent

Le député libéral Jean D’Amour vient d’être innocenté par le Directeur général des élections (DGE) à propos d’une présumée infraction durant la campagne électorale de Michel Morin à la mairie de Rivière-du-Loup.

L’enquête menée par le DGE n’a pas permis d’incriminer qui que ce soit dans cette affaire. Les événements dénoncés furent le fait que Monsieur D’Amour avait reçu une enveloppe contenant 500$ comptant de la part de l’entrepreneur Bernard Simard à l’intention du candidat Michel Morin à la mairie de Rivière-du-Loup. Monsieur Morin étant la personne que Jean D’Amour espérait voir lui succéder à la mairie de la ville.

Jean D’Amour, aujourd’hui député libéral, avait remis l’argent à l’entrepreneur en lui expliquant ne pas pouvoir accepter une telle aide.

Pour ce qui est de l’entrepreneur, ce dernier ne pensait pas faire mal. Il estimait que Jean D’Amour était un homme de bien qui l’avait aidé dans le passé et il était tout naturel pour lui que sa reconnaissance passe par une aide financière pour son éventuel successeur. Le donateur est d’ailleurs sorti de l’ombre récemment pour clamer son innocence et faire taire toutes sortes de rumeurs désobligeantes à l’égard de Jean D’Amour, Michel Morin et lui-même.

Il faut cesser de voir des complots partout et réaliser qu’il s’agissait ici d’une simple maladresse et méconnaissance de la loi de la part d’un entrepreneur qui se veut honnête et droit.

C’est une version des faits tout à fait plausible avec laquelle le DGE est tout à fait en accord. Affaire classée.

Commentaires

Que de compréhension de votre part

Au temps de Duplessis, on avait la décence de se garder une petite gêne même si tout le monde savait que le financement électoral était pourri à l'os. Aujourd'hui, lorsqu'on se fait prendre, le fautif (surtout s’il est du parti au pouvoir) n’a qu’à invoquer l’ignorance de la loi ou à dire ‘’Pardon Monocle’’.

Ainsi, ça me laisse perplexe lorsque vous faites l’éloge de l’honnêteté d’un entrepreneur en construction ayant bénéficié de ‘’l’appui’’ de Jean D’Amour en ces temps où le bon gouvernement que représente ce dernier se refuse à déclencher une enquête publique portant sur les accointances entre les politiciens et les entrepreneurs, de peur de voir tomber la moitié de son caucus en cours d’enquête.

Que votre naïveté apparente soit feinte ou avérée, laissez-moi vous rappeler quelques faits qui me font dire que Jean D’Amour savait pertinemment qu’il avait quelque chose à se reprocher et que seul l’omerta du milieu a fait en sorte que d’autres ‘’anecdotes’’ ne sont pas remontées jusqu’au DGE.

Tout d’abord, il est étrange qu’un élu du gouvernement n’ayant rien à se reprocher soit invité à se retirer du caucus de son parti. Imaginez le message négatif que ça envoie à la population. De plus, il faut garder en tête que D’Amour c’est fait prendre sur une ‘’baloune’’ et que les libéraux ont réussi à convaincre les électeurs de RDL ‘’qu’une tite bière c’est pas grave’’, alors que la SAAQ et les différents corps policiers ne cessent de rappeler que ‘’L’alcool au volant, c’est criminel’’. Il faut également se rappeler que notre bon Jean D’Amour est sous enquête pour exercice de lobbysme illégal pour le compte de la Firme d’ingénierie BPR. Bien sûr parmi ses amis, les uns diront qu’il était ‘’vendeur’’ et d’autres ‘’représentant’’. C’est beau la nuance dans le discours mais ça ne fait qu’ajouter la suspicion envers les activités professionnelles douteuses du personnage alors président du PLQ. D’ailleurs, tous ceux qui se tiennent le moindrement au courant des travaux à financement publique remarqueront rapidement une certaine ‘’redondance’’ pour l’ensemble des projets au niveau du choix des firmes d’ingénieurs et ceci de manière on ne peut plus marquée au Bas-St-Laurent et plus précisément dans la région de Rivière-du-Loup.

En définitive et ne vous en déplaise, je préfère demeurer méfiant envers le charismatique Jean D’Amour pour qui ce n’est que partie remise.

innocent jusqu'à preuve du contraire

Vous avez le droit d'être méfiant et à la limite, je comprends très bien pourquoi. Toutefois, jusqu'à preuve du contraire, je préfère croire les hommes innocents que coupables sans pour aurant me considérer comme un naïf.