La Vie rurale / Articles / Actualités / Rabaska est un projet toujours viable… pour l’instant

Rabaska est un projet toujours viable… pour l’instant

Chaudière-Appalaches

Nathalie Normandeau

Nathalie Normandeau

Source image : Assemblée Nationale du Québec

Les propos de la ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, à propos du promet de terminal méthanier Rabaska font réagir. Cette dernière a affirmé hier que la construction de Rabaska à Lévis, en Chaudière-Appalaches, n’avait plus sa raison d’être dans l’état actuel du marché. André L’Écuyer, PDG de Rabaska, n’est pas d’accord.

La ministre estime que les gaz de schiste vont répondre aux besoins en gaz du Québec. André L’Écuyer estime que les gaz de schiste ne peuvent pas répondre, à court terme, aux besoins en gaz du Québec. « Il y a 11 puits. Il n'y en a aucun en production depuis quelque temps. De dire que ça va noyer le marché, on est loin, loin de là » affirme André L’Écuyer à Radio-Canada.

C’est pourquoi le projet Rabaska, même en veilleuse, n’est pas pour autant mort. L’achat de terrains pour la construction se poursuit. Vingt propriétés sont déjà achetées. Mais, du côté des opposants, c’est plutôt encourageant d’entendre la ministre parler comme elle l’a fait hier. Interrogé par Radio-Canada, Jacques Levasseur, de l’Association pour la protection de l’environnement de Lévis déclare : « Pour nous, de voir la reconnaissance de la difficulté d'implanter Rabaska un jour par la ministre Normandeau, c'est une des grandes nouvelles venant de la part du gouvernement libéral et c'est suffisant pour qu'on se réjouisse, sans pour autant s'en contenter. »

Rabaska, mort ou pas mort? On voit que l’opposition au projet devient politique. Le politique n’apportant plus son soutien moral au projet, sa viabilité économique était au plus bas, il serait étonnant qu’à court ou moyen terme le projet se développe. Advenant le cas où les gaz de schiste seraient exploités au Québec, alors là ce serait sans doute difficile au projet de se relever. Ce secteur de Lévis a de bonnes chances de demeurer un paysage champêtre.

Commentaires