La Vie rurale / Articles / Actualités / Création du Parc National du Lac-Témiscouata

Création du Parc National du Lac-Témiscouata

Bas-Saint-Laurent

Lac Témiscouata.
Photo:Isabelle Tessier, MDDEP.

Les contours du Lac-Témiscouata sont composés de forêts de grande valeur. La création d’un parc Naturel à cet endroit a comme mandat premier de sauvegarder cette richesse. C’est le premier ministre du Québec lui-même, Jean Charest, accompagné du ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, qui en ont fait l’annonce. Une façon peut-être de faire oublier les ratées du parc du Mont-Orford? Quoi qu’il en soit, la création de ce nouveau parc qui sera le deuxième plus vaste au sud du Saint-Laurent après le parc de la Gaspésie est une très bonne nouvelle.

«Créer un parc national, c'est un cadeau qu'on se fait à nous Québécois, parce que cela va permettre à nous, mais surtout à nos enfants et petits-enfants, de continuer à jouir de notre patrimoine naturel. En préservant une flore, une faune et des écosystèmes bien particuliers, comme c'est le cas ici avec le parc national du Lac-Témiscouata, nous faisons un précieux legs aux générations à venir», a mentionné le premier ministre.

Prions quand même pour que tout ça ne soit pas partiellement privatisé dans 75 ans!

«Ce parc national est également un outil de développement économique, puisque avec une capacité d'accueil d'environ 160 000 visiteurs annuellement, il devrait générer des retombées économiques de 30 millions $ et permettre le maintien ou la création de 500 emplois, dont une cinquantaine directement liés au parc. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour le Bas-Saint-Laurent», a poursuivi monsieur Charest.

Ce futur parc aura une superficie de 175 km2, c’est-à-dire un peu moins que la superficie de l’Île d’Orléans. Le parc du Lac-Témiscouata sera divisé en deux secteurs :

  • Secteur nord-est avec 157,2 km2
  • Secteur sud-est avec 18,1 km2

Ce parc assurera la protection d’un échantillon de paysages caractéristiques de la vaste région naturelle des Monts Notre-Dame qui n’est pas représentée dans le réseau des parcs du Québec.

«Ce parc, qui occupera près de la moitié des rives du lac Témiscouata, constituera une destination écotouristique unique parmi le réseau des parcs nationaux du Québec. Le grand nombre de sites archéologiques qui s'y trouvent témoigne de la richesse culturelle de ce territoire et confère à ce futur parc national un caractère distinctif», a-t-il ajouté.

Ce nouveau projet de création de parc national va nécessiter un investissement de 30 millions de dollars sur cinq ans.

Commentaires